éditions des cahiers intempestifs

 

 

la page à l’ouvrage

Aucun système philosophique n’a eu sur notre entendement autant de répercussions que l’apparition de la page.

Depuis l’invention du codex jusqu’à la page internet, et bien évidemment au sein du livre imprimé, la page a cadré, et cadre toujours, notre pensée.

Elle a eu une influence sans égal sur le développement de notre société, sur notre manière de rapporter l’image du monde, de communiquer

et de diffuser notre savoir.

La page a toujours été vecteur de pouvoir intellectuel et économique. Ses mutations ont ordonné le monde du travail et continuent aujourd’hui, plus que jamais, à le transformer.

Toute écriture engendre le tracé de ses propres limites. Ainsi est née la page. La page portable puis navigable. Sur sa géographie de papier, elle a «supporté» et exprimé tout ce qui compte comme argument intellectuel, découverte scientifique, création littéraire, et continue encore aujourd’hui à ordonner les autres supports de nos écritures et de notre communication.

Cependant malgré cette « autorité », et sans doute en raison de son évidence banale, irrécusable et indispensable, la page elle-même a été relativement peu étudiée.

L'exposition La page à l’ouvrage est le prologue à la publication, par les éditions des Cahiers intempestifs, du 4e volume de la collection Curiosité[s] graphique[s], ouvrage dans lequel 5 écrivains exploreront, à travers 11 nouvelles littéraires, les caractéristiques de la page et ses artifices qui transforment le fond pour qu’il soit «lu» comme désiré.