cahiersintempestifs
Vers le bas
Vers le bas

Ressources

• J’ai acheté un livre, Cahiers intempestifs n° 2, daté de 1993 et tiré à 1000 exemplaires. À l’intérieur, une lithographie d’une Carte de Voyage. Cette Carte commence par le nombre 1608287 et se termine par 1611451. Les nombres sont écrits à la plume et à l’encre noire, on dirait les gravures qui recouvrent les parois de certains anciens tombeaux. “Quand je peins, dit Opalka, je ne pense pas aux nombres, comme un marcheur ne pense pas à ses pas. Je peins la durée.” Aucune indication sur l’endroit où il se trouvait quand il a rempli cette Carte, ni en quelle année c’était. Forcément après 1972 (l’année du passage du million) et avant 1990 (date de la dernière Carte). Opalka ne datait pas ses Détails ni ses autoportraits, il les nommait par les nombres atteints. Je me penche sur la Carte et je cherche des erreurs, en partant du début, j’en trouve une première, rapidement, dès la deuxième ligne, Opalka a écrit 1608320 et tout de suite après 1608301. Il a vu sa faute, n’a pas raturé mais a réécrit le nombre à partir duquel il s’était trompé, 1608320 et il a continué en se corrigeant, 1608321, etc. Je poursuis ma recherche, la feuille sous la lumière de la lampe. Opalka n’est pas un automate qui compte, des erreurs, il en a fait d’autres. 1608351 1608358 1608351 1608788 16087885 1608784 1608788
Chaque fois, il reprend au nombre qui précède son erreur. 1608801 1608809 1608801 1608973 16089732 1608973 1609329 1609331 1609329
Plus loin, les nombres 1609386, 1609499 et 1610125 sont écrits deux fois. Il ne les a pas barrés. Il aurait pu le faire mais il se refusait à effacer, les erreurs devaient rester visibles, des preuves de ce qui avait été fait, les traces d’une émotion, d’un moment irréversible. 1609502 1609502 1609504 1609502
L’œuvre d’Opalka, c’est de la vie, il ne revient pas en arrière, il ne recommence rien, il avance avec ses erreurs et il continue. En milieu de Carte, il passe de 1609741 à 1609745, trois nombres sont oubliés, une erreur qu’il ne voit pas, ne corrige pas. Cette exposition aux erreurs le rend plus proche, plus humain. Je poursuis la lecture en m’aidant d’une règle. Même avec la lampe qui éclaire la Carte, l’exercice est difficile. Plus loin, une inversion de chiffre doublée d’une erreur : 1610077 160178 1610077 1610078
Un saut de nombre : 1610201 1610203 1610201 1610221 1610227 1610221
Presque à la fin, le nombre 1611299 est écrit deux fois. Suivent plusieurs erreurs très rapprochées, dues à la fatigue sans doute ou à l’impatience d’arriver au bas de la Carte ou au prochain nombre-passage. 1610557 1610556 1610557 1611094 16110957 16110956 1611095 1611310 1611331 1611310
À l’avant-dernière ligne, des nombres sautés, erreur non corrigée : 1611421 1611428 1161429
Sur la même ligne, une dernière erreur, corrigée : 1611432, 1643 1611432
Claudie Gallay, Détails d'Opalka, pages 99-102, à propos des Cahiers intempestifs n°2, mars 2018, Babel.

 

• Ma maison n’est pas une yourte, mais j’ai aussi un autel domestique, et même deux. Et même trois. Les divinités tutélaires qui y trônent n’en sont pas vraiment toutes : certaines sont des clins d’œil, d’autres ne sont que décoratrices. D’autres enfin ne suscitent aucune génuflexion de ma part, mais j’aime les avoir sous les yeux.
Sur le premier de ces autels, un meuble à bouteilles dans le salon, on trouve : un buste de Mao acheté à Shanghai ; une boîte d’allumettes avec le visage d’Egon Schiele, provenant du musée qui lui est consacré à Cesky Krumlov, en Bohème ; une photo de Karl Marx achetée à Trier, dans sa maison natale ; une photo du film Stalker, d’Andreï Tarkovski ; une carte postale achetée à Padoue et représentant Saint Antoine dans une attitude exagérément compassée ; une boîte de pétards grecque, représentant de manière assez incongrue Peter Pan devant l’Acropole ; un ticket d’entrée au Pravy Cirkus Berousek, qui planta son chapiteau dans la petite ville de Tabor du 16 au 19 août 2004 ; la photo un peu floue de Rimbaud en Éthiopie, accoudé à un bastingage ; un pin’s représentant Lénine enfant ; un autre glorifiant la Révolution de 1917 (je m’aperçois que c’est un autel quelque peu thématique), tous deux achetés dans un petit marché entre Irkoutsk et Listvianka ;  un numéro, posé droit, de la revue « Les Cahiers intempestifs », dont la couverture est un beau mur ocre de pierres sèches ;  juste au-dessous, la photo prise par moi dans les Alpes d’un autre mur, très similaire, sur lequel sont gravés les nom et prénom de mon grand-père qui gardait les chèvres à cet endroit ; quatre edelweiss cueillis en Mongolie…
Christian Garcin, Du Baïkal au Gobi, page 100, l’Escampette éditions, 2008.

 

• Pas de points d’exclamation ni de secrets pour désigner les Cahiers intempestifs. Ils sont avant tout une turbulence artistique qui tient de la sculpture par leur emballage – plexiglas –, du livre d’artiste par leurs feuillets, libres de toute reliure, et du bloc de peinture qui s’échappe de ses limites, de ses bords. Si pour Mallarmé, le livre est une « expansion totale de la lettre », les Cahiers intempestifs apparaissent, quant à eux, en expansion de tout signe, de toute couleur, de tout mot. Ils provoquent et créent la réflexion en accéléré. Tout saute aux yeux et virevolte. Comme un défilé de haute couture où l’art du détail, l’invention et la fabrication s’entremêlent dans un tournoiement et des pauses qui permettent au regard de déceler la virtuosité d’une œuvre à part entière. Les Cahiers intempestifs se tiennent sur le fil du paradoxe entre la tradition (code du livre bibliophile) et la modernité (éclats de pages, montage de séquences). On s’y promène comme dans un Musée Imaginaire, au milieu de titres qui laissent songeur : « La sérénité ne peut être atteinte que par un esprit désespéré », « La voix qui a manqué, celle qui doit parler » ou « Le dernier Homme », et d’œuvres d’art qui s’exposent sous la forme de livres…
Valentine Oncins, Le dessin et le livre.

Art de la pause, «Lieux de pause du livre : Cahiers intempestifs», Jacquie Barral, Publication de luniversité de Saint-Étienne, novembre 2012.

Le dessin et le livre, «Léchappée belle des Cahiers intempestifs», Valentine Oncins; "Un jeu de mots proposés par Valentine Oncins à Véronique Gay-Rosier", Publication de l'université de Saint-Étienne, novembre 2009.

 

Paru dans la presse

• Il est rare que les livres aient une telle originalité formelle, un tel caractère affirmé dans le choix du papier, du format, de la mise en scène. Ces variations artistiques sur la typographie ne sont pas plus esthétisantes que le précédent volume. Les textes des écrivains sont passionnants, à l'instar de celui de Paul Fournel sur la rencontre entre Nicolas Jenson, le maître de la monnaie à Tours, et Johannes Gutenberg limprimeur de Mayence. Ou le dialogue amoureux de Jacques Claude à propos de lHelvetica, symptôme de la modernité urbaine.
Des hommes de caractères 2, JDD, décembre 2015.

• Cette revue d’art, qui choisit de montrer des œuvres, avec un respect rare, sur papier velin et sous emboîtage en plexiglas, plutôt que de les commenter, invite ici à découvrir des créations originales, joueuses et séduisantes, « made in Britain », pour reprendre le titre de cette livraison, initiées, appuyées, par le Centre for Fine Print Research de Bristol, qui se consacre notamment au développement du livre d’artiste. La modernité ici sourit.
Cahiers intempestifs, Made in Britain, n° 25 & 26 Le Monde diplomatique, juin 2011.

• Tout est beauté précieuse (le papier, la typo, la qualité de l’impression, les œuvres et les photos reproduites) dans ce numéro d’une revue normalement consacrée à l’art et à l’esthétique, laissant entendre ici, sous la baguette de Jean-Luc Nancy, une « voix politique » inquiète, après l’élection présidentielle 2002. Contributions de Jean-Christophe Bailly, Philippe Lacoue-Labarthe, Miquel Barceló, Claudio Parmiggiani, Robert Morris.
Cahiers intempestifs
, La Voix politique, n°15 Libération, 20  février 2003.

Caractère, décembre 2017, n°747, page 106 «Bonnes feuilles : Codex : nouvelles de la page, éditions des Cahiers intempestifs».

Des hommes de caractères – Volume 2, France Culture, novembre 2014.

Caractère, avril 2013, n° 696, page 69 «Bonnes feuilles : Des hommes de caractères, éditions des Cahiers intempestifs».

Tank, la revue de toutes les communications, avril 2013, pages 60–67, «l’art du papier : la Paper Toy Box et le Gunnies’project, éditions des Cahiers intempestifs».

Les points sous les i, revue bibliographique des librairies initiales, janvier 2013, page 23, «Hermitage selon Chave, les Cahiers intempestifs, collection Les petits cahiers intempestifs du vin».

«Caractères, fontes et casses», Le Monde diplomatique n° 705, décembre 2012.

«Les (très beaux) Cahiers intempestifs», The Glam Attitude, novembre 2012.

«Cahiers intempestifs», Le Monde diplomatique, juin 2011.

«Les Cahiers intempestifs n° 25, So british», Livre et lire, n° 255, octobre 2010.

«Viallat toujours intempestif», Claude Viallat inaugure une collection de livres d’artiste aux éditions des Cahiers intempestifs, revue Livre et lire, juin 2009.

«Le papier prépare ses stratégies de défense», revue France Graphique, septembre 2009, interview avec Véronique Gay-Rosier, directrice de collection des Cahiers intempestifs.

«Cahiers intempestifs : la voix politique» Libération, 20 février 2003.

«Les 100 qui font bouger Saint-Étienne : littérature édition, Véronique Gay-Rosier et les Cahiers intempestifs», L’express n° 2598, avril 2001.

«Éditions des Cahiers intempestifs, à contretemps», Livre et lire164, mai 2001.

«Cahiers intempestifs», Beaux Arts magazine, octobre 1997.

«Cahiers intempestifs», Livres de France 180, décembre 1995.

«10 ans de Cahiers intempestifs» – avec carte blanche à Jean-Luc Nancy pour le 15 Plumart – Isabelle d’Assignies.

«Cahiers intempestifs 4», Art Press, novembre 1995.

 

 

Quelques prix et distinctions

Les Cahiers intempestifs lauréats du Grand Prix Stratégies de la Production Publicitaire 2016 pour la bOx of Life selon Gutenberg networks.

Sélectionnés dans l'exposition "Design map, designers créateurs de valeurs pour l’entreprise" pour y présenter leur collection de bOx selon Gutenberg networksCité du design, du 6 juin 2014 au 4 janvier 2015.

Distingués par le réseau "Cities of design/UNESCO", sous l'égide de la Cité du design, pour l'édition de la bOx in Black (manifestation "C.O.D.E", Cities Of DEsign/UNESCO, novembre 2013).

Salon Light #10, "Nuit blanche", Paris, du 5 au 6 octobre 2013 : sélectionnés par le CNEAI (Centre National de l'Édition et de l'Imprimé d'Art).

Salon du Livre, Paris 2013. Les éditions des Cahiers intempestifs sont présentes au Salon du Livre de Paris depuis 1998.

Blonde Art Books Tour 2013, participation à la tournée estivale à travers les États-Unis qui invite à la découverte de projets artistiques menés par des maisons d'édition internationales parmi les plus singulières.

[Blonde Art Books Tour 2013]

Des maisons d'éditions en Rhône-Alpes, guide publié en 2012 par l'ARALD.

363 000 signes, édition des Cahiers intempestifs, lauréat 2008 de la Nuit du Livre, catégorie "Références".

363 000 signes, édition des Cahiers intempestifs, Trophée Intergraphic 2008.

Au bonheur des filles, Pascal Grégoire, éditions des Cahiers intempestifs, Prix Lacoste 2004 dans la catégorie "Beaux-livres".

Le pays des matins bleus, (collectif), Prix Jules-Janin 2000.

Prix Eurograhic Press, 1992.

 

Principaux artistes et auteurs publiés

Txomin Badiola, Jean-Christophe BaillyMiquel Barceló, Jacquie Barral, Lionel Bayol-Thémines, Jean-Pierre BertrandJean-Sylvain BiethJean-Noël BlancPascale Bouhénic, Stéphane Bouquet, Lionel Bourg, Yves Bresson, Pierre BuraglioMichel ButorSophie CalleGeorges-Olivier ChâteaureynaudNoëlle ChâteletÉric ChevillardRobert CombasPatrick CorillonMarie DenisErik Dietman, Jimmie Durham, Maxime Duveau, CharlElie, Tessa Farmer, Philippe FavierFederico FerrariIan Hamilton FinlayPaul FournelChristian GarcinLudger GerdesJochen GerzPaul-Armand GettePeter GreenawayRaphaëlle de GrootMarie-Ange Guilleminot, Susan Hiller, Éric HolderFabrice Hybert, Wang Jiuliang, Jacques JouetIsaac JulienSharon KivlandAnne LacatonPhilippe Lacoue-LabartheJean Le GacSol LeWitt, Tomás Maia, François Martin, Jean-François Manier, Keiichi Matsuda, Julian Maynard Smith & Station House Opera, Abdelwahab MeddebCharles MelmanDaniel MesguichChristian Milovanoff, Mihael Milunovic, Robert MorrisJean-Luc NancyRoman OpalkaJean-Michel Othoniel, Patrick Othoniel, Bernard Pagès, Riccardo Panattoni, Claudio ParmiggianiAnne et Patrick PoirierRichard PriceWu QiBernard RancillacSophie RistelhueberJacques RoubaudSonia RykielSarkis, Saschienne, Gianluca Solla, Ettore Spalletti, Swoon, Agnès Thurnauer, David Tremlett, Nils-Udo, Claude ViallatBernar Venet, Dai Xiang, Carmelo Zagari.

 

Dans les collections

Institutions Paris : Bibliothèque des Arts Décoratifs – Bibliothèque Centrale des Musées Nationaux – Centre Allemand d’Histoire de l’Art – Institut National d’Histoire de l’Art – Bibliothèque Publique d’Informations – Bibliothèque de la Sorbonne Nouvelle Paris 3 – Collège de France – École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs – Bibliothèque d’Art et d’Archéologie – École Nationale Supérieur des Beaux-Arts – École d’Architecture Paris-Mallaquais – Ambassade du Canada – Drouot-Documentation – Bibliothèque Nationale de France – Ambassade de Russie – Goethe Institut – Maison de Balzac – Musée Galliéra – École d’Architecture Paris-La Villette – 75019

Institutions en région : Art, Culture et Patrimoine, Vence – Galerie Catherine Issert, Saint-Paul de Vence – On dirait la mer, Marseille – MAC Galeries contemporaines des Musées, Marseille – Centre Internationale de Poésie, Marseille – École Supérieure des Beaux-Arts, Marseille – École Nationale de la Photographie, Arles – Musée Réattu, Arles – Espace Danse, Caen – École Supérieure de l’Image, Angoulême – Bibliothèque Municipale de Dijon, Dijon – FRAC Bourgogne, Dijon – École Régionale des Beaux-Arts, Besançon – École Supérieure d’Art de Brest, Brest – École des Beaux-Arts de Toulouse , Toulouse – Les Abattoirs, Toulouse – Musée des Augustins, Toulouse – CAPC, Musée d’Art Contemporain, Bordeaux – École des Beaux-Arts de bordeaux, Bordeaux – Musée des Arts Décoratifs, Bordeaux – Musée des Beaux-Arts de bordeaux, Bordeaux – Musée Goupil, Bordeaux – Centre de documentation du Patrimoine, Bordeaux – Conseil Général d’Aquitaine, Bordeaux – École d’Architecture et de Paysage, Talence – Maison de l’Archéologie, Pessac – Bibliothèque Municipale de Mérignac, Mérignac – Association Méridiane, Montpellier – Archives de la Critique, Rennes – École d’Architecture de Bretagne, Rennes – École Régionale des Beaux-Arts, Rennes – Galerie Oniris, Rennes – Établissement Public Coopération Culturelle, Issoudun – Musée de Grenoble, Grenoble – La Poéthèque, Villefontaine – Musée Géo-Charles, Échirolles – Maison de la Poésie Rhône-Alpes, St-Martin d’Hères – Médiathèque de Dôle, Dôle – Bibliothèque Jean Laude MAMC+, Saint-Étienne – École d’Art et de Design, Saint-Étienne – Médiathèque Municipale, Saint-Étienne. Médiathèque Municipale de Roanne, Roanne – Médiathèque Louise Labbé, Saint-Chamond – Bibliothèque Municipale de Firminy, Firminy – École des Beaux-Arts de Nantes, Nantes – Institut d’Arts Visuels, Orléans – Musée des Beaux-Arts d’Orléans, Orléans – Bibliothèque de la Haute-Marne, Choignés – Bibliothèque de Saint-Avé, Saint-Avé – École des Beaux-Arts de Metz, Metz – L’Espace du Dedans, Lille – Musée de Bailleul, Bailleul – Musée Matisse, Château Cambresis – Musée du Dessin et de l’Estampe, Gravelines – École d’Architecture, Clermont-Ferrand – École Supérieure d’Art de Perpignan, Perpignan – École Supérieure des Arts et de la Communication, Pau – Université de Pau, Pau – École des Arts Décoratifs, Strasbourg – Musées de la Ville de Strasbourg, Strasbourg – Bibliothèque des Arts, Strasbourg – École des Beaux-Arts de Lyon, Lyon – La Maison de l’Architecture Rhône-Alpes, Lyon Musée des Beaux-Arts de Lyon, Lyon – Bibliothèque de la Ville de Lyon, Lyon – Lyon Institut d’Art Contemporain, Villeurbanne – Médiathèque Municipale de Givors, Givors – Bibliothèque Municipale d’Annecy, Annecy – École Supérieure d’Art d’Annecy, Annecy – Bibliothèque de la Haute-Savoie, Pringy – Bibliothèque Georges Brassens, Chelles – École d’Architecture de Versailles, Versailles – Médiathèque La Durance, Cavaillon – Médiathèque, Issy-les-Moulineaux – L’Œil en cascade, Montreuil – Centre National de Danse, Pantin – Bibliothèque Université Paris 8, Saint-Denis – École d’Art Claude Monet, Aulnay-sous-bois – Pavillon du Musée, Vitry-sur-Seine – École des Beaux-Arts, le Port, La Réunion.
Institutions à l’étranger : Puvill Libros, Barcelonne – Bibliothèque Musée des Beaux-Arts, Bruxelles – Villa de Arts, Casablanca – Edinburgh City Library, Edinburgh – Casalini Libri, Fiesole – Institut Supérieur d’Art de Saint-Luc, Gand – Bibliothèque d’Art et d’Archéologi, Genève – Victoria & Albert Museum, Londres – Drawing Room, Londres – Library Service Center, Long Island – Biblioteca National, Madrid – Institut Français de Marrakech, Marrakech – Zentralinstitut für Kunstegeschichte, Munich – MOMA library, New York – Porrentruy Castello di Rivoli,Turin – Orstom – Yaoudé.

 

 

 

Iconographie à télécharger